• 7

    7
    de Richard Montanari

     

     

     

    Elle s'appelait Caitlin O'Riordan.

    Ce minable appartement des Badlands, le quartier Nord de Philadelphie, sera son tombeau, son écrin. Noyée et sinistrement mise en scène, la jeune fugueuse n'est ni la première ni la dernière victime d'un esprit maniaque, d'un maître de l'illusion…

    Car c'est bien d'illusion qu'il s'agit. D'un jeu. Et Byrne et Balzano en comprendront douloureusement les règles.

    Qui est donc ce M Ludo, grand maître ès énigmes, qui ne semble pas vouloir s'arrêter en si bon chemin ?

    Quelle soif de sang et de gloire peut ainsi pousser l'homme à jouer avec la vie ?

    Dans cette grande maison peuplée d'ombres et de fantômes, le tueur poursuit son cauchemar d'enfant, son grand oeuvre…

    Il y aura 7 tableaux, 7 scènes de crime. Ni plus ni moins.

    Pour l'arrêter, Byrne et Balzano devront entrer dans son jeu, le jeu de la mort et du hasard…


     

    Encore un bon roman de Richard Montanari... où l'on retrouve avec plaisir les inspecteurs Byrne et Balzano, (même si on parle trop peu de leur vie à mon goût !!!)

    Une enquête terrifiante... passionnante... qui se dévore en peu de temps !!!

     

    Bises et bonne journée.


    2 commentaires
  • Je viens de terminer les trois premiers livres de l'auteur Richard Montanari... plutôt pas mal comme lecture... très entrainant :

    Kevin Byrne est un vétéran de la police criminelle de Philadelphie. Flic usé par ses années de service, il vient juste de faire connaissance avec sa nouvelle équipière, Jessica Balzano, lorsqu'une adolescente fréquentant une école catholique de la ville est retrouvée violée et mutilée, les mains jointes dans un geste de prière. La première d'une longue série. C'est le début d'un voyage au cœur des ténèbres pour les deux enquêteurs qui, lancés sur la piste d'un tueur aussi terrifiant que machiavélique, devront affronter leurs propres démons, alors que la ville est prête à basculer dans la folie.

     

    Dans un motel, une jeune femme se délasse sous la douche. Émergeant de la vapeur, une main écarte le rideau en plastique. Une autre brandit un couteau de boucher. L'inconnue hurle d'effroi. Insensible, l'assassin abat encore et encore le bras. Bientôt une spirale sanglante se forme autour de la bonde…

    Cette scène de Psychose d'Alfred Hitchcock, l'inspecteur Byrne et sa coéquipière Jessica Balzano la croyaient réservée au panthéon du cinéma. Mais voilà qu'un détraqué l'a reproduite. Et filmée. Pour de vrai. Et s'ils ne l'arrêtent pas très vite, le tueur cinéphile risque de transformer Philadelphie en Hollywood macabre car pendant que les pistes se multiplient, la caméra continue de tourner...

     

    Du conte de fées au cauchemar, il n'y a qu'un pas. Il suffit d'une seule nuit, d'une seule lune. Au bord de la rivière Schuylkill, une jeune femme semble reposer, sagement allongée. Mais la belle ne dort pas : amputée des deux pieds, le ventre souillé d'un mystérieux dessin, la princesse a définitivement quitté le monde des vivants…

    À Philadelphie, Noël approche et, avec lui, son cortège de flics en service. Byrne, impliqué jusqu'au cou dans une vilaine bavure, et Balzano, arrachée à ses festivités familiales, passent un fichu réveillon. Point de cadeaux sous leur sapin mais une ribambelle de soucis : une vieille affaire de pédophilie, le meurtre d'un policier à la retraite et puis cette femme mutilée, qui n'est pas la dernière. Mise en scène ? Quelque part dans la région, la magie de Noël semble inspirer un maniaque, réécrivant un par un ses contes favoris, en lettres de sang…

     

    Bises et bonne journée à toutes.


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique